Ovide Decroly (1871-1932)

Enfant, il est bon élève, très joueur et doué pour fabriquer des tas de choses avec ses mains. Il étudie la médecine et s'intéresse plus particulièrement à la psychologie, à la neuropsychiatrie et effectue des recherches sur les maladies mentales et notamment sur les enfants déficients. 

 

Il crée un Institut pour enfants retardés en 1907, chez lui, en compagnie des enfants de sa famille. C'est la naissance du premier "laboratoire de psychologie de Belgique".  Il crée ensuite un second établissement. Scientifique , il expérimente, il essaie, il observe. Certains pensent qu'il utilise ces enfants comme des cobayes.  

 

Il affirme la supériorité de l'éducation sur l'instruction et met au point une méthode d'apprentissage où chaque enfant mobilise les ressources personnelles qu'il a en lui pour élaborer son propre savoir.  

"On ne sait vraiment bien à fond que ce qu'on a compris, 

et le meilleur moyen de comprendre et de vérifier ce qu'on a compris, 

c'est d'avoir trouvé soi-même." 

Sa "touche" personnelle

Pour Decroly, il est important que l'enfant grandisse dans un milieu riche et stimulant qui lui permette d'appréhender le monde et ses propres potentialités selon son rythme naturel. L'enfant appréhende naturellement les choses, les situations, les images d'une manière globale. Ce n'est qu'en s'approchant davatange qu'il perçoit ce qui compose cette situation, cet objet, ce mot... Il s'agit de la méthode globale qui ne s'applique pas qu'à l'apprentissage de la lecture. 

 

L'apprentissage se fait naturellement pour toute question qui suscite un réel intérêt pour l'enfant, qui aiguise sa curiosité et lui apporte du plaisir sur son chemin. Les enfants sont créateurs de leur apprentissage, c'est leur oeuvre, ils doivent être véritablement actifs pour apprendre vraiment. L'adulte ne transmet pas, il éveille la curiosité. 

 

"Il importe pour le bonheur de vos enfants de les préparer à s'adapter à l'existence, de les éduquer pour la vie"

 

L'enfant apprend quand il est actif, quand il "vit" les choses plutôt que de les écouter sagement exposées. Decroly souligne l'importance de l'observation, de l'association et de l'expression. L'enfant observe, il peut associer son observation avec les événements qu'il a lui-même vécus, des événements passés, des idées futures. Il peut ensuite partager, exprimer à sa manière ce qu'il a découvert. C'est de cette manière qu'il pourra faire entrer pleinement son apprentissage dans sa propre réalité. 

 

L'enfant doit pouvoir prendre du plaisir à travailler seul et considérer l'importance de l'entraide et de l'attention aux autres. Il y a donc dans ses écoles, des temps pour les projets individuels, des temps collectifs de rencontres et d'échanges, ainsi qu'une mixité des âges. Pour Decroly les "espèces les plus évoluées sont celles qui ont mis en place un système d'entraide". Il supprime le système de note, souhaite bannir la compétition, valorise l'entraide, la solidarité au sein de l'école et également vers l'extérieur. 

 

Le jeu est capital dans le développement de l'enfant, c'est un besoin fondamental de l'enfant. Qu'il s'agisse de jouer avec des matériaux, dans la nature, de jouer à faire "comme si", l'enfant apprend constamment et se construit petit d'homme dans la réalité qui l'entoure. 

 

"La joie que l'enfant trouve en jouant est la preuve qu'il doit jouer."